Manifestations cutanées comme indication d'un coronavirus?

Des mois après l'apparition du nouveau coronavirus, la maladie pose toujours des énigmes médicales. Les médecins semblent maintenant avoir identifié un autre symptôme potentiel de l'infection par le SRAS-CoV-2.

Un nombre croissant de dermatologues rapportent diverses manifestations cutanées observées en relation avec le COVID-19 et deux publications récentes ont attiré l'attention sur les manifestations cutanées associées au COVID-19 [1,2].

La semaine dernière, le groupe de travail COVID-19 de l'American Academy of Dermatology a également annoncé la création d'un registre en ligne permettant aux prestataires de soins de santé du monde entier de signaler les découvertes cutanées suspectées de COVID-19.

Qu'est-ce qui a été observé jusqu'à présent?

Joob et coll. ont rapporté une éruption cutanée de type pétéchies de type dengue chez un patient COVID-19 de Thaïlande et Recalcati et al. ont décrit 18 des 88 patients COVID-19 hospitalisés à l'hôpital de Lecco (région de Lombardie, Italie) qui ont développé une éruption érythémateuse (n = 14), de l'urticaire (n = 3) ou des vésicules de type varicelle (n = 1).

Dans une publication actuelle, d'autres auteurs rapportent également avoir observé une éruption papulovésiculaire de type varicelle comme manifestation cutanée rare mais spécifique associée au COVID-19 lors de l'épidémie de coronavirus en Italie [3].

Image clinique

Des données cliniques ont été collectées auprès de huit services de dermatologie italiens sur 22 patients atteints de COVID-19 (détecté microbiologiquement par écouvillon nasopharyngé) n'ayant reçu aucun nouveau médicament au cours des 15 derniers jours et ayant développé des lésions de type varicelle [3].

72,2% des patients (n = 16/22) étaient de sexe masculin et l'âge moyen était de 60 ans. La latence médiane entre les symptômes systémiques et l'exanthème était de 3 jours (intervalle de -2 à 12 jours). Le délai médian des manifestations cutanées était de 8 jours (intervalle de 4 à 15 jours). Les lésions étaient dispersées dans la plupart des cas (n = 16; 72,7%), dans 6 cas (27,3%), elles étaient réparties de manière diffuse. Une forme prédominante de vésicules a été observée chez 12 patients (54,5%). Il n'y avait aucune variation dans la présentation papulovésiculaire dans la série de cas. Le corps était toujours impliqué, dans certains cas en relation avec les membres (n = 4; 18,2%). Aucune atteinte faciale ou muqueuse n'a été évaluée. Des démangeaisons, généralement légères, ont été rapportées chez 9 patients (40,9%).

Les symptômes systémiques les plus courants étaient:

  • Fièvre (n = 21/22; 95,5%),
  • Toux 73 (n = 16; 72,7%),
  • Céphalées (n = 11; 50%),
  • Faiblesse (n = 11; 50%),
  • Nez qui coule (n = 10; 45,5%),
  • Dyspnée (n = 9; 40,9%),
  • Hyposmie (n = 4; 18,2%),
  • Hypogeusie (n = 4; 18,2%),
  • Pharyngodynie (n = 1; 4,5%),
  • Diarrhée (n = 1; 4,5%),
  • Myalgie (n = 1; 4,5%).

Trois (13,6%) patients sont décédés. Dans cette série, l'éruption cutanée de type varicelle a été décrite pour la première fois comme un symptôme cutané spécifique associé au COVID-19. Contrairement aux manifestations cutanées non spécifiques telles que l'éruption érythémateuse ou l'urticaire, qui ont été rapportées par Recalcati et al. a été rapporté.

Les lésions apparaissaient généralement 3 jours après les symptômes systémiques et disparaissaient après 8 jours sans laisser de cicatrices [3].

Conclusion

Même s'il n'y a que quelques données insuffisantes pour une déclaration fondée sur des preuves, les observations des manifestations cutanées fournissent dans tous les cas des informations utiles, qui doivent maintenant être suivies. Si d'autres études confirment les résultats, une manifestation cutanée précoce fournira des indices utiles pour la suspicion de COVID-19 dans les maladies asymptomatiques / pauci-symptomatiques [3].

!-- GDPR -->