Plaintes d'angine de poitrine: le médecin et le patient l'évaluent différemment

Contexte

La revascularisation coronaire est indiquée dans les cardiopathies ischémiques stables et atténue les symptômes de l'angine de poitrine, qui sont quantifiés à l'aide de la classification CCS (Canadian Cardiovascular Society). Cependant, la classification CCS ne prend en compte que l'évaluation du médecin et non celle du patient. Les deux évaluations peuvent manifestement différer considérablement. Il n'est pas clair si ce désaccord existe également entre les médecins et les patients subissant une intervention coronarienne percutanée (ICP).

Fixation d'objectifs

Le but de l'étude de cohorte était de savoir si la classification de gravité de l'angine de poitrine, en utilisant la classification CCS par le médecin traitant, diffère de celle du résultat rapporté par le patient (PRO).

méthodologie

L'étude de cohorte a inclus des patients ayant subi une ICP en raison d'une cardiopathie ischémique stable ou d'une angine de poitrine instable. Le médecin a déterminé la gravité de l'angine de poitrine en utilisant la classification CCS et le patient en utilisant le Seattle Angina Questionnaire (SAQ).

Résultats

Au total, les données ont été collectées auprès de 759 patients chez lesquels une ICP a été réalisée en raison d'une cardiopathie ischémique stable et de 895 patients chez lesquels une ICP a été réalisée en raison d'une angine de poitrine stable.

Caractéristiques du patient:

  • L'âge moyen était de 64,3 ± 10,7 ans. 71% d'entre eux étaient des hommes.
  • 44% des patients avaient déjà une ICP et 21,7% avaient déjà subi un pontage coronarien.

Évaluation de la gravité de l'angine de poitrine au cours des quatre dernières semaines:

  • Selon le SAQ, 267 des 759 patients atteints de cardiopathie ischémique stable ne présentaient aucun symptôme d'angine de poitrine.
  • Parmi ces patients, selon l'évaluation des médecins utilisant la classification CCS, 33 patients (12,4%) avaient une angine de poitrine modérée (CCS classe I I) et 20 patients (7,5%) une angine de poitrine sévère (CCS classe III-IV).
  • Chez les patients présentant une angine de poitrine instable, 110 des 895 patients (12,3%) ont présenté un score de 100 au SAQ et donc aucun symptôme. Les médecins ont classé 12 patients (10,9%) en CCS classe II (modérée) et 39 patients (35,5%) en CCS classe III ou IV (sévère).

Dans l'ensemble, un patient sur cinq a subi une ICP élective et un patient sur deux a subi une ICP d'urgence sans signaler de symptômes d'angor instable.

Conclusion

Selon leur propre déclaration dans le Seattle Angine Questionaire, un patient sur trois en cardiopathie ischémique stable et tous les 10 patients en angor instable qui avaient subi une ICP ne présentaient aucun symptôme d'angine de poitrine. L'évaluation des médecins traités s'en est considérablement écartée et certains des patients ont été classés dans les classes CCS avec des symptômes modérés (CCS classe II) ou sévères (CCS classe III-IV). L'écart a un impact majeur sur la sélection des patients éligibles à l'ICP. L'étude ISCHEMIA a également montré que les patients asymptomatiques bénéficient peu de la revascularisation. Les déclarations du patient sur l'état actuel de ses symptômes devraient donc devenir plus importantes au moment de décider si une revascularisation est nécessaire.

!-- GDPR -->