Hs-cTnI peut prédire l'insuffisance cardiaque

Contexte

L'insuffisance cardiaque (IC) est toujours la cause la plus courante de mortalité et de morbidité dans le monde occidental et devrait continuer à augmenter de manière significative au cours des prochaines années.

La prévention primaire est un objectif sans précédent, et les diagnostics basés sur des biomarqueurs pour la détection précoce et le pronostic du risque d'insuffisance cardiaque sont encore limités et rarement utilisés.

L'un des biomarqueurs est le NT-proBNP (peptide natiurétique de type pro-B N-terminal). Il est utilisé à la fois dans le diagnostic et comme facteur pronostique. En plus du NT-proBNP, la troponine cardiaque est actuellement le biomarqueur cardiologique le plus important et sert d'étalon-or pour les lésions myocardiques. De nouveaux dosages pour hs-cTn (troponine cardiaque haute sensibilité) permettent désormais également une application comme biomarqueur pronostique, car une détermination est possible même à de très faibles concentrations. Les premières études montrent que les nouveaux tests hs-cTn permettent une association graduée et indépendante à l'incidence de l'insuffisance cardiaque.

Fixation d'objectifs

Le but de cette étude prospective de cohorte était de fournir la preuve qu'il existe une association entre le biomarqueur cardiaque hs-cTnI et la survenue d'une insuffisance cardiaque dans la population générale. En outre, la valeur prédictive doit être déterminée au-delà de l'application en tant que facteur de risque cardiovasculaire classique afin d'obtenir une valeur limite pertinente pour des applications cliniques potentielles. Le consortium BiomarCaRE vise à déterminer la valeur des biomarqueurs établis et nouvellement découverts afin d'obtenir une meilleure prédiction des risques de maladies cardiovasculaires en Europe.

méthodologie

Afin d'obtenir une meilleure prédiction des risques de maladies cardiovasculaires en Europe, des données sur les maladies cardiovasculaires et leurs phénotypes épidémiologiques et cliniques ont été collectées dans des cohortes épidémiologiques à grande échelle sur une longue période de suivi. L'analyse de cette étude est basée sur les données de quatre cohortes basées sur la population du Danemark, de la Finlande, de l'Italie et de la Suède. Les sujets qui n'avaient aucune maladie cardiovasculaire, y compris une insuffisance cardiaque, un infarctus du myocarde ou un accident vasculaire cérébral, ont été inclus comme participants à l'étude. L'insuffisance cardiaque a été définie comme le critère d'évaluation principal. Les diagnostics cliniques courants et les causes de décès étaient documentés par des certificats de décès.

Résultats

Données générales sur la population étudiée

Un total de 48 455 sujets des quatre cohortes a pu être inclus dans l'analyse statistique. Sur les 51 590 participants à l'étude d'origine, 2 735 ont été exclus en raison d'une insuffisance cardiaque, d'un infarctus du myocarde et d'un accident vasculaire cérébral.

  • L'âge médian de la population étudiée était de 50,7 ans et 25 134 participants (51,9%) étaient des femmes.
  • Le suivi médian était de 6,61 ans (intervalle de confiance (IC) à 95%: 6,55 à 6,66 ans).
  • L'insuffisance cardiaque s'est développée au cours de la période de suivi chez 1 965 participants à l'étude (4,1%).
  • La mortalité globale était de 9,6% (n = 4 648 participants à l'étude).
  • L'IMC médian était de 26,5 kg / m2, 43,8% souffraient d'hypertension artérielle et 4,6% de la population étudiée était diabétique.
  • En termes de valeurs sanguines, le LDL médian était de 3,3 mmol / l, le HDL de 1,4 mmol / l et le cholestérol total de 5,6 mmol / l.
  • Sous-groupe de patients insuffisants cardiaques:
    - L'incidence des infarctus du myocarde et la mortalité toutes causes ont été augmentées dans ce sous-groupe après le diagnostic. 29,4% ont subi un infarctus du myocarde et la mortalité globale dans ce sous-groupe était de 45,4%.
    - L'âge médian était de 61,2 ans plus élevé que celui de la population totale et 57,2% étaient des hommes.
    - Tous les facteurs de risque cardiovasculaire sont augmentés dans le sous-groupe IC par rapport à la population totale. Il s'agit notamment de l'IMC, de la pression artérielle systolique, du diabète et des taux de lipides sanguins.

Répartition des biomarqueurs:

  • La concentration médiane de hs-cTnI était de 2,3 ng / l et pour NT-proBNP de 46,2 ng / l dans la population totale et dans le sous-groupe de patients HF, hs-cTnI était de 4,0 ng / l et NT-proBNP à 102,5 ng / L .
  • Relation entre HF et hs-cTnI:
    - La probabilité d'IC ​​augmente avec l'augmentation des concentrations de hs-cTnI chez les femmes et les hommes.
    - La plus grande association entre HF et hs-cTnI a été trouvée chez les sujets avec des concentrations> 3,2 ng / l (hazard ratio (HR): 1,63; IC à 95%: 1,32-2,03; p 68, 26 ng / L (HR: 2,48 ; IC à 95%: 2,02-3,03; p <0,001).
  • hs-cTnI et la prédiction de HF:
    - La meilleure valeur prédictive a pu être trouvée dans le modèle avec tous les facteurs de risque cardiovasculaire (modèle de base) et les deux biomarqueurs (C-index = 0,862; IC à 95%: 0,841-0,882).
    - La valeur de référence optimale de hs-cTnI pour le risque individuel d'IC ​​était de 2,6 ng / l pour les femmes et de 4,2 ng / l pour les hommes. Un traitement préventif potentiel doit être envisagé à ces niveaux.

Conclusion

L'étude de cohorte à grande échelle a montré que le biomarqueur hs-cTnI peut être utilisé comme facteur pronostique indépendant de l'insuffisance cardiaque. Cependant, la meilleure valeur prédictive de l'insuffisance cardiaque est obtenue en combinant les deux biomarqueurs hs-cTnI et NT-proBNP. L'utilisation des deux biomarqueurs pour prédire la probabilité d'un risque d'insuffisance cardiaque peut devenir de plus en plus importante dans les décisions cliniques futures.

!-- GDPR -->