La grippe affecte le taux d'hospitalisations liées à l'insuffisance cardiaque

Les infections grippales augmentent le risque de complications cardiovasculaires. Cela a déjà été prouvé dans diverses études. Dans une analyse comparative récente, il a été examiné si une épidémie de grippe avait également un impact sur le taux d'hospitalisation pour insuffisance cardiaque et infarctus du myocarde. Sonja Kytömaa et son équipe de recherche du Brigham and Women’s Hospital du Massachusetts ont découvert qu’une augmentation de l’activité grippale est en fait associée à une augmentation des admissions à l’hôpital pour insuffisance cardiaque. Cette découverte suggère que des mesures préventives pour prévenir l'infection grippale pourraient réduire le taux d'hospitalisations cardiovasculaires.

Structure de l'étude

L'étude observationnelle ARIC (Atherosclerosis Risk in Communities) a examiné la relation temporelle entre l'augmentation de l'activité grippale et les séjours à l'hôpital pour insuffisance cardiaque et infarctus du myocarde. Kytömaa et son équipe ont évalué les données de 451588 adultes entre octobre 2010 et septembre 2014. Les participants de quatre États américains différents avaient entre 35 et 84 ans et ont été hospitalisés pour une crise cardiaque ou une insuffisance cardiaque. Les données sur l'activité grippale sont basées sur les informations fournies par l'American Center for Disease Control and Prevention.

évaluation

Au cours de la période d'étude, 2 042 patients (47,3%) des sujets examinés ont été hospitalisés pour insuffisance cardiaque et 1 599 patients (45,1%) pour crise cardiaque. Les données ont été comparées à celles du mois précédent dans l'État concerné (en tenant compte de l'âge, du sexe, de la race ou de l'appartenance ethnique et de la saison). L'hypothèse avancée par l'équipe de recherche autour de Kytömaa a été partiellement confirmée. Au cours du mois où l'activité grippale a augmenté, le taux d'hospitalisation pour insuffisance cardiaque a augmenté de 24% (taux d'incidence 1,24; IC à 95% 1,11-1,38; p <0,001). En revanche, il n'y avait pas de différence significative dans les hospitalisations associées à l'infarctus du myocarde (taux d'incidence 1,02; IC à 95%, 0,90–1,17; p = 0,72). Le modèle d'étude suggère que dans un mois avec une activité grippale élevée, environ 19 pour cent des hospitalisations associées à une insuffisance cardiaque (IC à 95%, 10 à 28%) sont dues à la grippe.

Influence des mesures préventives telles que la vaccination contre la grippe

Les directives générales recommandent la vaccination contre la grippe pour les personnes à risque, y compris celles souffrant de maladies cardiovasculaires. Malheureusement, cette mesure préventive n'est pas toujours utilisée. En conséquence, le statut vaccinal réel de ces patients est incomplet. Entre 2012 et 2017, près d'un patient sur trois admis dans l'un des hôpitaux américains participants pour insuffisance cardiaque n'a pas été vacciné contre la grippe. Kytömaa et son équipe pensent que le système immunitaire des patients souffrant d'insuffisance cardiaque est plus faible que celui des personnes en bonne santé. Cela se traduit par une plus grande sensibilité aux complications associées à la grippe. De plus, ces patients sont moins sensibles aux vaccins antigrippaux.

Conclusion: les mesures de protection contre la grippe pourraient empêcher les hospitalisations pour insuffisance cardiaque

Selon l'étude ARIC, après ajustement multivarié, une augmentation absolue de l'activité grippale mensuelle de 5% était associée à une augmentation de 24% du taux d'hospitalisations liées à l'insuffisance cardiaque au cours du même mois. Les résultats suggèrent que les mesures préventives telles que la vaccination contre la grippe réduisent le nombre d'hospitalisations associées à une insuffisance cardiaque. D'autres études devront suivre afin de confirmer cette connexion.

!-- GDPR -->