Trop de télévision entraîne une altération de la mémoire verbale

Contexte

La télévision est une activité qui a une forte densité de stimuli sensoriels à évolution rapide d'une part et un spectateur passif d'autre part. La plupart des études examinant la relation entre la télévision et les compétences cognitives se sont jusqu'à présent concentrées sur les enfants. La plupart ont trouvé un lien entre la télévision et les effets négatifs sur les compétences cognitives telles que la lecture, les mathématiques, les compétences langagières cognitives et le développement moteur.

Quelques études se sont penchées sur les effets de la télévision sur les personnes âgées. On pense qu'une écoute excessive de la télévision peut contribuer au développement de la démence. Par exemple, des études ont montré un lien entre la télévision et une mauvaise mémoire à court terme et une altération des capacités cognitives. Un risque accru de développer la maladie d'Alzheimer a également été lié à la télévision. D'autres études n'ont pas pu voir d'association entre les troubles cognitifs ou le développement de la démence et la télévision.

Fixation d'objectifs

La présente étude a cherché à savoir si le comportement télévisuel des adultes de plus de 50 ans était associé à une altération de la cognition 6 ans plus tard [1]. Un deuxième objectif de l'étude était d'étudier la quantité de télévision pouvant être regardée sans nuire à la cognition.

méthodologie

Le groupe de travail de Fancourt a utilisé les données de l'étude longitudinale anglaise sur le vieillissement (ELSA), qui comprenait des adultes de plus de 50 ans.

Dans la présente étude, 3 590 sujets du groupe d'étude ELSA ont été inclus qui n'avaient pas de démence à l'examen de base. Les participants à l'étude avaient en moyenne 67,1 ans (écart-type 7,7 ans; intervalle: 52 à 90 ans et plus). 43,7% des sujets examinés étaient des hommes, 72,3% étaient mariés ou vivaient avec quelqu'un, 14,8% travaillaient à temps plein, 15,4% à temps partiel et le reste ne travaillait plus.

Le comportement de la télévision a été divisé dans les groupes suivants: 7 heures par jour (19,6%).
La télévision était le plus souvent vue par des femmes, des célibataires, des personnes sans travail vivant seules et des personnes ayant un faible niveau d'éducation et un faible statut social.

À l'aide de modèles de régression linéaire multivariée, la relation entre le comportement télévisuel (2008/2009) des sujets testés et leur cognition a été analysée 6 ans plus tard.

Des tests qui examinent la mémoire verbale et la fluidité ont été utilisés pour évaluer la cognition.

Résultats

L'étude a pu montrer qu'une durée> 3,5 heures de télévision par jour était associée à une diminution dose-dépendante de la mémoire verbale dans les 6 années suivantes. Plus un participant regardait la télévision, plus la mémoire verbale était altérée lors de la mesure de suivi. Cela était particulièrement vrai pour les personnes qui avaient de meilleures capacités cognitives dans le cadre de la mesure initiale.

Le résultat est également resté statistiquement significatif après l'élimination des éventuels facteurs perturbateurs tels que les facteurs démographiques, les facteurs liés à la santé et le «travail sédentaire», c'est-à-dire le manque d'exercice.

Cependant, le comportement de la télévision ne semble pas être associé à des changements dans la fluidité sémantique. Ceci est réduit, par exemple, chez les patients atteints de la maladie d'Alzheimer.

Conclusion

L'étude a pu montrer une association longitudinale entre le comportement de la télévision et une baisse de la mémoire verbale chez les personnes âgées. En particulier,> 3,5 heures de télévision par jour semblent être associées à une diminution des capacités cognitives.

Le professeur Berlit, secrétaire général de la Société allemande de neurologie (DGN), estime que les résultats de l'étude sont préoccupants, "car une maladie très spécifique, la démence liée à la télévision, peut se développer" [2]. "Pour rester en forme mentalement pendant longtemps, les personnes âgées en particulier devraient s'abstenir de regarder trop la télévision", recommande l'expert de la DGN.

!-- GDPR -->