Qui va chez le médecin s'ils ont mal à la tête?

Contexte

Les maux de tête sont un symptôme courant. Si la douleur survient sous une forme inconnue auparavant, pour la première fois après l'âge de 50 ans ou en plus avec de la fièvre, des convulsions, une paralysie ou d'autres symptômes neurologiques, une enquête rapide est indiquée. Mais à quelle fréquence les personnes souffrant de «simples maux de tête» recherchent-elles une aide médicale sans les signaux d'alarme mentionnés ci-dessus?

Utilisation des services de santé pour les maux de tête

Au début des années 1970, Andersen et Newman ont publié un modèle comportemental pour l'utilisation des services de santé, qui n'a cessé de se développer depuis [1]. Le modèle nomme divers facteurs qui influencent le fait qu'une personne utilise ou non les services de santé. Le cœur du modèle est constitué de trois facteurs:

  1. Facteurs prédisposants (par exemple, âge, sexe, éducation, type d'emploi)
  2. Variables d'accès (par exemple, statut d'assurance maladie, revenu, disponibilité des services médicaux)
  3. Besoin (le besoin perçu d'une aide médicale par le patient et l'évaluation professionnelle de la nécessité d'un traitement médical).

Le modèle a entre-temps été élargi pour inclure les facteurs «système de santé» et «résultat».

Les facteurs de la catégorie des besoins ont déjà été examinés en détail chez les patients souffrant de maux de tête. Il n'est pas surprenant que les personnes souffrant de douleurs plus intenses ou de symptômes qui l'accompagnent consultent un médecin et consultent un médecin plus souvent que les personnes souffrant de maux de tête moins sévères. Jusqu'à présent, cependant, il existe peu de données sur les facteurs prédisposants et les variables d'accès chez les personnes souffrant de maux de tête.

Fixation d'objectifs

Une équipe dirigée par Dr. Britta Müller de l'Institut de psychologie médicale et de sociologie médicale du centre médical de l'université de Rostock a examiné la fréquence des visites chez le médecin chez les patients souffrant de maux de tête et les facteurs influençant une éventuelle visite chez le médecin [2].

méthodologie

Dans cette étude transversale basée sur la population, les participants à l'étude âgés de 14 à 94 ans ont été sélectionnés au hasard. Un questionnaire standardisé a été utilisé pour collecter les données. La survenue de maux de tête au cours des 6 derniers mois a été évaluée. En cas de mal de tête, on demandait au questionnaire à quelle fréquence un médecin était consulté à cause du mal de tête. Les participants à l'étude ont également indiqué à quelle fréquence le mal de tête est survenu.

L'altération de la qualité de vie causée par le mal de tête a été évaluée à l'aide du HIT-6 (Headache Impact Test).

Résultats

Au total, 2 461 personnes ont participé à l'étude. Dans cette population d'étude, 39% ont signalé des maux de tête au cours des 6 derniers mois. 50,7% des participants ont déclaré avoir consulté un médecin au moins une fois dans leur vie antérieure en raison d'un mal de tête. Parmi ceux-ci, 53,6% avaient vu un médecin, 26,1% deux et 20,3% des participants trois médecins ou plus en raison de leurs maux de tête.

Besoin de facteurs

La probabilité d'une visite chez le médecin augmentait avec le nombre de jours de maux de tête par mois (HDM, Headache Days par mois): HDM 1-3 (odds ratio [OR] = 2,29), HDM 4-14 (OR = 2,41), HDM ≥ 15 (OR = 4,83). Des valeurs plus élevées du HIT-6 signifiaient également qu'une personne était plus susceptible de consulter un médecin. Avec une altération modérée de la qualité de vie, l'OR était de 1,74 et augmentait avec des valeurs de score plus élevées (déficience significative: OR = 3,01; déficience grave: OR = 5,08).

Facteurs prédisposants

L'âge a également une influence sur la probabilité de consultation d'un médecin. Les personnes d'âge moyen ont consulté un médecin plus souvent que les patients jeunes et âgés (35-54 ans: OR = 1,90; 55-74 ans: OR = 1,96; ≥ 75 ans: OR = 1,02).

La relation de travail a également une influence. Les employés étaient plus susceptibles de consulter un médecin en raison de maux de tête que les travailleurs autonomes. Les paramètres éducation, structure du ménage et espace de vie (ville ou pays) n'ont aucune influence sur la probabilité de visite chez le médecin.

Conclusion

Les résultats de l'étude montrent que seul un patient sur deux se rend chez le médecin avec un mal de tête. L'étude a confirmé l'influence compréhensible des facteurs de besoin: ceux qui ont des maux de tête fréquents ou des maux de tête plus intenses sont plus susceptibles de consulter un médecin et donc de recourir aux services de santé.

Pour la première fois, cette étude a pu montrer une influence du type d'emploi. Les salariés ont consulté un médecin plus souvent que les travailleurs indépendants. Les raisons de cette situation n'ont pu être déterminées dans le cadre de l'étude. Selon les auteurs, d'autres études devraient clarifier si les indépendants ont des stratégies plus efficaces pour faire face aux maux de tête, ou s'ils consultent trop rarement un médecin et courent ainsi le risque de douleur chronique ou de MOH (Medication Overuse Headache).

Signification pratique des résultats de l'étude

Les auteurs de l'étude soulignent que les médecins - en particulier les médecins généralistes - devraient tenir compte de l'influence du type d'emploi sur la probabilité de consulter un médecin en cas de mal de tête. Par exemple, les visites chez le médecin par les indépendants pourraient servir à évaluer le risque individuel de chronification et le MOH pour d'autres raisons.

!-- GDPR -->